Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront - René Char
 

20141018_152807

Bienvenu sur le blogdelacrisedelaquarantaine.

Je m’appelle Nathalie et je suis très heureuse de vous accueillir sur cet espace de réflexion et d’échanges bienveillants autour de la crise de milieu de vie (appelée aussi CMV) et des pratiques douces.

                Pourquoi un blog sur ces thématiques ?

D’abord pour avoir traversé cette étape, ce qui me permet de parler du sujet en pleine conscience comme en connaissance de cause, puis pour avoir travaillé dessus avec différents accompagnants.

Ensuite, parce que nombre d’entre vous la traverse peut-être ou y sera certainement confronté à un moment de son existence, sans savoir comment la vivre le mieux possible.

La crise de la quarantaine (ou de la cinquantaine) survient souvent suite à une séparation, au deuil des parents, au départ des enfants, à un licenciement professionnel, un burn-out ou à d’autres errances spécifiques à cette tranche d’âge. Lors de ces épreuves, nous prenons conscience que certaines choses ne vont plus dans nos vies. Sans aide extérieure, nous pouvons alors ressasser longtemps nos problèmes sans pouvoir passer outre.

LA CMV intervient entre 35 et 55 ans selon les individus. Elle ne se cristallise pas seulement autour du 40ème anniversaire, contrairement à des idées reçues. Elle peut commencer par de simples questions existentielles, émerger face un sentiment de vide intérieur, surgir face au constat de ne plus être en phase avec son existence, etc. Pourquoi cette insatisfaction soudaine, ces remises en question, ces doutes ? D’où viennent-ils ? Que renferment-ils ? A quoi font-ils écho ? Vers quoi nous renvoient-ils ? Comment y faire face alors que nous nous sentons complètement perdus ? Vers qui ou quoi se tourner quand cela nous tombe dessus ? Comment retrouver notre vérité pour pouvoir renaître à nous-mêmes ?

Passage plus difficile pour certains que pour d’autres, autour de la quarantaine, nous réalisons subitement que près de la moitié de notre vie vient de nous filer sous le nez. A ce moment-là, nous avons l’impression d’être passés à côté d’une partie de nous et de notre vie, sans forcément oser changer, évoluer. L’heure du bilan frappe à notre porte : sommes-nous réellement là où nous avions envie d’aller, à notre place ? Est-ce que l’on nous reconnait pour ce que nous faisons ou pour ce que nous sommes réellement ? Devons-nous toujours plaire aux autres pour être aimés ? … Notre véritable personnalité se sent subitement à l’étroit dans l’image que nous avons renvoyée de nous-mêmes pendant des années, d’où un certain malaise.

20140927_165713

La crise de la quarantaine se présente alors comme un cheminement intérieur sur lequel nos prises de conscience diverses mûriront petit à petit. 

Petit ou grand séisme sur notre chemin de vie, ce passage de milieu de vie reste souvent un moment délicat où nous cherchons des clefs, où nous nous sentons désorientés, où nous doutons de tout ou presque. Nous nous demandons quels risques nous encourons si nous changeons ? Quelles sont les résistances ancrées au plus profond de nous qui nous empêchent d’évoluer ? Quelles sont les ressources en nous que nous n’arrivons pas à exploiter pour que la paix, l’harmonie s’installent dans nos vies ? D’où viennent ces peurs qui nous donnent l’impression de ne plus avancer vers l’avenir, de tourner en rond? Quels sens et direction donnons-nous à notre existence ?

Lorsque j’ai expérimenté cette transition de milieu de vie, je me suis aperçue qu’il existait un grand vide en la matière sur la toile et dans les librairies pour apporter des réponses à ces questions pourtant universelles !
Dans cette quête, nous pouvons bien entendu chercher à nous en sortir par nous-mêmes. Se faire accompagner par un professionnel (psychologue, psychothérapeute, …), pour en assimiler concrètement toutes les significations, reste le parcours le plus classique.Pour bien gérer cet avis d’expulsion qui nous demande de quitter nos anciennes convictions et de faire le tri dans nos blessures, nous pouvons également nous tourner vers des pratiques complémentaires qui faciliteront l’accès à l’harmonie entre notre corps et notre esprit, entre notre  yin et notre yang, pour nous aider à lâcher prise et aspirer au bonheur.

Le blog de la crise de la quarantaine et sa page Facebook https://www.facebook.com/lacrisedelaquarantaine/ donneront justement la parole à des praticiens sur des sujets aussi divers que les constellations familiales, le poids des croyances limitantes, la nécessité des prises de conscience, le transgénérationnel et partira aussi à la découverte de pratiques comme la kinésiologie, la médecine traditionnelle chinoise, le Qi Gong, la mindfulness, le shiatsu, la sophrologie, les massages ayurvédiques, etc

A travers ces deux supports, je souhaite apporter des éclairages sur toutes ces approches via des paroles d’experts certifiés pour apporter des pistes de réflexion à vos questionnements. Pas de recettes miracles, car il appartient à chacun de cheminer à sa façon, mais un espace de partage autour de tout ce qui gravite autour de cette étape de vie, pour apprendre de chacun et vous accompagner au mieux dans vos interrogations.

SAMSUNG 103

J’invite ainsi, ceux qui le veulent, à nous faire part de leur ressenti, leurs idées, retours d’expérience, de tout ce qu’ils désirent exprimer sur la crise de la quarantaine dans la bienveillance, le respect de chacun et l’absence de jugement. Ce blog se veut tel un espace interactif de paroles où la diversité des approches fera la richesse des échanges. Des billets positifs pour croire en les multiples possibilités de la vie, pour l’appréhender avec sérénité avec l’aide de professionnels en la matière, vers qui je pourrai aussi vous orienter si vous en avez envie.

Prendre la crise de la quarantaine comme une belle occasion de se réinventer, une nouvelle étape, un cadeau pour se recentrer sur soi-même pour une meilleure ouverture aux autres. Se permettre d’enfin avoir cette vie qui vous ressemble vraiment pour être en harmonie avec vous-mêmes. Il est tout à fait possible de gérer ce cap salutaire en établissant de nouveaux projets, en se découvrant de nouvelles aspirations pour réaliser des rêves, anciens ou nouveaux. Un cap qui nous fait grandir sans conteste.

Bien entendu, vous êtes le(s) seul(s) à savoir ce qui sera le plus juste pour vous, et j’espère que nous allons partager cette belle aventure ensemble le plus longtemps possible.

Je vous souhaite de tout cœur un bon cheminement !

Un immense merci à ceux et celles qui m’ont accompagnée tout au long de mon parcours personnel et qui jalonnent encore ma route, ainsi que tous les participants à ce blog. Sans eux, rien n’aurait été possible. Gratitude infinie.