A quoi sert de voyager si tu t'emmènes avec toi ? C'est d'âme qu'il faut changer, non de climat - Sénèque

Depuis l’enfance Sophie Glangetas, recherche son véritable SOI, tout comme de voir réellement qui elle est.

Riche DSCN6839-225x300d’un parcours de vie pourtant souvent chaotique, son but a toujours été d’être heureuse et de se trouver.

Son cheminement l’a amené à rencontrer des guérisseurs (Vinet), des énergéticiens (Gilles Sinquin et une énergéticienne canadienne), un chaman,  pour suivre très tôt (à 26 ans) une formation d’un an à IPHT (Institut de Psychologie Humaniste et Transpersonnelle de Nantes) sur l’alliance entre la psychologie et la spiritualité.

Elle a notamment complété son parcours par des formations aux massages ayurvédiques, et de magnétiseur traditionnel.

Arrêt sur image sur le parcours énergétique & énergique de mon invité du moment, Sophie Glangetas.

 Est-ce la crise de la quarantaine qui vous a conduit à suivre toutes ces formations afin de pouvoir les enseigner à votre tour ?

Mon expérience de vie riche de l’enfance jusqu’à l’âge de 40 ans (fausse couche, cancer du col de l’utérus, séparation, abandon, etc), fait que, j’ai vécu tellement de choses fortes, notamment dans les souffrances, qu’un véritable ras le bol de tout s’est effectivement manifesté autour de la quarantaine. Une véritable crise existentielle avec un burn-out, des crises de spasmophilie, le refus de tout (notamment de l’autorité), l’envie de tout envoyer promener, etc

Suite à quoi j’ai décidé de prendre une année sabbatique, au cours de laquelle j’ai eu la chance de rencontrer un homme qui m’a initié au Reiki Shamballa. Cette rencontre fut une véritable révélation pour moi. Elle a profondément changé toute ma vie.

Cette initiation m’a guidée vers une formation de Maître Reiki Shamballa praticien et Maitre Reiki Shamballa enseignant auprès de Francois Nadaud et Chantal Pages à Toulouse. Grâce à leurs méditations de nettoyage et à l’activation des énergies, j’ai compris tout ce que j’avais vécu depuis 40 ans et pourquoi je l’avais vécu.

Ensuite, j’ai ouvert mon centre de bien-être du jour au lendemain avec un espace de méditation, des soins énergétiques, ainsi que des massages ayurvediques.

En quoi cela consiste exactement d’activer les énergies ou de se faire « activer » ?

Il s’agit simplement de faire venir les énergies sur soi et en soi. Ces dernières entrent en nous pour activer les bonnes vibrations. Le tout permet d’harmoniser, d’équilibrer nôtre être, jusqu’à nos karmas.

Jusqu’à ’40 ans, j’avais accumulé une certaine connaissance dans divers domaines, mais je n’étais pas « activée ». Grâce à cet apprentissage, j’ai appris à vivre pleinement en accord avec moi-même dans l’amour inconditionnel. Je possède aussi un recul sur les événements qui me fait apprécier chaque instant de ma vie, quel qu’il soit.

20150705_091128

Il existe plusieurs formes de Reiki. En quoi se différencie le Reiki Shamballa ?

Méthode d’origine japonaise, le Reiki se base sur l’énergie vitale universelle pour apporter un supplément d’énergie à l’organisme via une technique d’imposition des mains sur le patient.

Le Reiki Shamballa s’apparente également à un art énergétique. Il agit sur différents plans de conscience pour redonner à ceux qui le pratiquent le plein pouvoir sur eux-mêmes.

Francois Nadaud et Chantal Pages définissent le Shamballa comme « l’énergie de transformation et d’évolution personnelle, vers plus d’Amour sans condition pour soi-même et les autres sans jugement, plus de respect pour soi-même et les autres, plus d’écoute de Soi et plus de liberté. Ce sont des exercices pratiques dans le quotidien pour grandir en conscience et garder l’équilibre et la joie dans cette ascension vers notre être. C’est une ouverture de la conscience aux multiples visions de la réalité ».

Cette pratique a changé beaucoup de chose dans ma vie, et m’a permis d’être plus clairvoyante sur tous les points. Elle élimine, comme tous les arts énergétiques, comme le Qi gong par exemple, les toxines, et a pour but de nous recentrer.

Dans votre centre de bien-être, vous pratiquez et enseignez également vos propres méditations. Comment définissez-vous cette pratique ?

Je n’enseigne pas les méditations bouddhistes au sens propre du terme. Je transmets plutôt ma propre philosophie ou approche de la méditation.

Le recueillement permet d’élever son taux vibratoire, de nous nettoyer des énergies nocives, de nous libérer des tensions, de nous ressourcer, de rentrer en contact avec notre moi profond.

Au cours de l’existence, le corps accumule un certain nombre de souffrances lors de nos différentes expériences (jalousie, sentiment d’impuissance, abandons, colères, séparations, crises existentielles, etc) qui peuvent nous enfermer dans un schéma classique de pensée négative, où nous nous disons que nous n’avons pas le choix, que nous subissons les événements, la vie, les autres, etc. Or c’est faux. Nous possédons tous la possibilité d’impulser le changement nécessaire pour évoluer et trouver notre chemin, pour s’ouvrir à autre chose, comme aux autres.

Lors d’une méditation, le cerveau émet un certain type d’ondes (les ondes alpha, des ondes d’énergies hautes), car il se met sur pause. Plus nous pratiquons la méditation, plus nous pouvons changer nos pensées, communiquer avec les énergies chamballa qui vont rentrer en nous et aller soulager ce qui doit être soulagé.

20150327_171223

Une fois connectés à ces énergies, dans le calme, la paix et la tranquillité de l’esprit et de l’être, nous accédons à la conscience et nous pouvons nous dire que nous détenons le choix, que tout reste possible, que nous sommes les cocréateurs de notre vie, les maîtres à bord, que nous pouvons prendre notre destin en main.

Souvent, nous vivons avec des croyances limitantes qui nous bloquent une bonne partie de notre vie, nous empêchent d’avancer. Ces techniques peuvent nous permettre de voir les choses, la vie autrement, sous un autre jour et plus de lumière.

Mes méditations sont des méditations guidées. Nous commençons par des exercices de relaxation par les sons où nous travaillons sur les sept chakras principaux. A l’aide des énergies de lumière ou de couleur et d’association d’images (exemple : imaginer un grand ciel bleu), nous allons procéder à leur nettoyage du corps physique, du mental et, selon le niveau de l’émotionnel. Ces exercices aident à lâcher prise et permettent de basculer de l’inconscience à des prises de conscience.

Vous êtes également une grande adepte de la pensée positive ?

Dans mon enseignement, le but reste de s’écouter, d’écouter son cœur.

La pensée positive aide aussi de basculer dans la conscience des choses. Un exemple très simple : le matin, la plupart des gens se lèvent avec déjà mille questions ou réflexions en tête : « Comment je vais m’habiller, j’ai une sale tête, je suis moche, je vais être en retard, … ». Dès le lever, ils partent dans le jugement, dans l’inquiétude, le stress. Ils ne se connectent pas du tout au moment présent. Ils se préoccupent du passé ou du futur, mais pas de l’instant T pour en profiter pleinement, sans pression.

Ici, je leur apprends à prendre conscience de cela, et les invite à commencer par s’aimer en disant : « Je vais passer une journée merveilleuse, je vais rencontrer des gens positifs, je vais vivre des moments formidables, etc ». Tout passe par soi, pas par les autres. Au départ, je leur conseille d’être « égoïstes », et quand ils auront cumulé assez de positif à leur égard, ils pourront passer à l’empathie.

A partir du moment où nous nous aimons tels que nous sommes, avec nos qualités, nos défauts, où nous acceptons et acceptons ce qui se passe à l’instant présent, nous ne faisons plus de demandes aux autres, nous ne sommes plus dans l’attente, nous ne réclamons plus aux autres ce que nous ne pouvons pas nous donner à nous-mêmes, nous nous installons dans la paix, qui ne peut-être qu’en nous, pas dans les autres. Alors, nous pouvons être sereins, parce que nous arrêtons de nous juger, parce que nous devenons bienveillants avec nous-mêmes. C’est un travail quotidien, une mécanique à adopter et à pratiquer régulièrement.

 Votre conclusion pour les personnes en crise de milieu de vie ou en crise,

en souffrance, tout simplement ?

La vie est belle et merveilleuse quelques soient les expériences douloureuses que nous traversons. Au contraire, je dis merci à toutes les épreuves que j’ai rencontrées depuis 40 ans, car elles m’ont permis d’être moi, de trouver ma voie, d’avoir accès à mon libre arbitre.

J’invite les gens à se libérer de leur passé, leurs peurs, leurs croyances, à prendre confiance pour se trouver. Tout est possible ! J’en suis la preuve vivante…

 

 

 

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'une * sont obligatoires.