Le bœuf est patient, mais la terre est lente - Proverbe chinois

Art énergétique traditionnel chinois, la pratique régulière du Qi Gong permet d’accéder à un meilleur équilibre entre le corps et l’esprit.

Fondée sur la connaissance et la maîtrise de l’énergie (le « Qi »), cette pratique permet, grâce à l’enchaînement de mouvements lents et une conscience accrue au niveau de la respiration, de mieux être à l’écoute de son corps. En circulant alors plus harmonieusement en nous, l’énergie permettra de «dissoudre» les blocages  dans le corps, mais aussi dans l’esprit.

Dans les périodes de crise ou au quotidien, le Qi Gong nous aide à lâcher prise, à effacer nos raideurs intérieures, à libérer les tensions comme un massage bienfaisant, relaxant. Sa pratique nous apaise. Tout se calme en nous. Le mental s’efface pour laisser la place à une meilleure gestion des émotions.

Plus en lien avec nous-mêmes, avec nos sensations,  nous permettons aux flux énergétiques qui circulent dans les méridiens (ces trajets invisibles qui partent des mains ou des pieds comme de minces tuyaux), de ne pas être ralentis : le sang circule mieux entre les pieds et la tête. Nous unissons la terre au ciel à l’intérieur de nous, comme le Qi Gong unit le corps et l’esprit. Cette fusion se trouve à la base même du bien-être.

Elisabeth Briguet-Lamarre, enseigne le Qi Gong est mon invitée. Son choix de formation, pour guider des néophytes dans cette pratique, s’est porté vers les racines de cet art auprès d’un maître chinois, le Docteur Jian, directeur de l’institut du Quimetao de Paris.  Elle adhère également à la Fédération des Enseignants Qi-Gong et Arts Energétiques (FEQJAE).

Qu’est-ce qui vous a amené à la pratique du Qi Gong, puis à son enseignement ?

Je pratique le Yoga depuis 18 ans, couplé avec du Qi Gong . En début de séance, nous effectuons quelques mouvements de Qi Gong, ce qui m’a permis de découvrir cet art. La lecture d’un livre « Le cercle du petit ciel » de l’écrivain chinois Ya Ding fut également un déclic. J’ai été formée pour enseigner par Maître Jian Liujun de l’institut du Quimetao à Paris qui est aussi médecin cardiologue, ainsi que Philippe Julien de l’école du Serpent et l’Oiseau à Bordeaux.

Pour moi, le Qi Gong s’apparente à un art de vie. Il permet d’entretenir sa santé tout en  développant la présence à soi, et donc une meilleure attention aux autres. Grâce à une pratique quotidienne, nous n’obéissons plus aux diktats du mental. Nous sommes par contre plus à même de répondre aux besoins du corps. Le mieux-être est très rapidement au rendez-vous.

Moins connu que la méditation, quels bienfaits le qi gong peut-il apporter aux occidentaux ?

Comme dans le yoga, la pratique méditative est une partie du Qi Gong . En faisant circuler l’énergie dans notre corps, cette discipline active la circulation du sang qui nourrit nos organes. Cela apporte des bienfaits ressentis immédiatement comme le calme, et une forme de « légèreté » dans le corps. Le Qi Gong agit comme un rempart contre le stress. Sa pratique nous permet de mieux aborder nos obligations quotidiennes,  de changer son état d’esprit, mais aussi de prévenir certaines maladies. 

En occident, nous vivons dans une culture qui divise le corps de l’esprit. Il ne faut pas oublier que l’être humain représente un tout global. Le Qi Gong agit  sur tous les plans pour créer l’harmonie à l’intérieur de soi.

Warrior

 

A partir de combien de séances commence-t-on à ressentir les bienfaits de cette forme de gymnastique douce ?

 Tout dépend de l’intention de la personne dans son désir de vouloir vivre dans un mieux-être. Si ce désir n’existe pas à la base, cela ne fonctionnera pas. Les gens qui s’approchent de cette pratique se situent dans recherche personnelle, à un moment de leur vie où il sente un appel, il faut juste écouter l’appel. Ensuite, chacun fera son travail différemment, en fonction de son rythme.

Est-ce que le Qi Gong pourrait être associé à une sorte de méthode de prévention au niveau de la santé ?

Oui, c’est une sorte de « médecine préventive ». Les petits maux classiques (ex maux de tête = foie, prévention des rhumes, mal de dos, …) peuvent se réguler aisément par cette pratique.

Dans la société contemporaine, les gens ne demeurent plus en lien avec leur corps. Le Qi Gong permet de renouer des liens avec nos sensations, notre corps, notre ressenti, ce qui permet de s’en occuper, de l’écouter et de trouver ce qu’il lui faut, tout comme d’entendre nos vrais besoins. Et quand nous prenons soin du corps, nous prenons soin de l’esprit.

Le Qi Gong  peut-il devenir un allié lorsque nous traversons des crises comme celle de la quarantaine?

Tout à fait, puisqu’il intervient sur nos émotions, et nous rend  plus disponibles à nous-mêmes.  En nettoyant le corps, nous  calmons aussi notre  système nerveux. Par les visualisations d’énergies positives nous permettons au corps de se nettoyer. En expirant, nous évacuons les énergies négatives collées aux organes. En inspirant, nous nous remplissons d’un air nouveau rempli de connotations bienfaisantes. Cette forme de méditation sera d’une grande aide pour se ressourcer et prendre de la distance par rapport aux différentes crises qui jalonnent la vie, même si ces « passages » représentent des moments essentiels dans une vie. En se détachant des pensées polluantes, d’un trop-plein d’émotions, nous allons pouvoir retrouver un équilibre en étant vraiment présent à nous même, à ce qu’il y a de mieux pour nous et pour dépasser les moments difficiles.

Commentaires

  • Merci pour cet article qui m’a fait prendre la décision de faire du Qi Gong, outil spirituel pour relier le corps et l’esprit ! Oui Merci !

Laisser un commentaire

Les champs marqués d'une * sont obligatoires.